28/07/2007

Lughnasadh et mon prunier

 

 

prunier

 

Lughnasad est l'un des quatres Sabbats majeurs de la Wicca, une cérémonie qui permet de remercier les Dieux pour leurs bienfaits et leur générosité, au moment où les champs de blés sont dorés à souhait et les étals débordent de fruits de saison. Cette année, Lughnasadh se fêtera le soir du 31 juillet; mais je réfléchis depuis plusieurs semaines déjà au sens que je veux donner à mon rituel.

En fait, c'est le prunier au fond de mon jardin qui m'a le plus inspirée! Cette année, il porte tant de fruits que les branches ont cassé sous leur poids... Il faut dire que c'est un vieux prunier dont on ne s'occupe pas vraiment, on dirait qu'il a décidé de se faire remarquer en portant plus de fruits que nous, la famille, les voisins et les collègues de bureau ne pourrions en consommer. Bien sûr, on peut faire des tartes et des confitures, mais même ça, on finit par s'en lasser... Enfin, je m'éloigne de mon sujet.

Ce que je veux dire, c'est que dans la vie, on est parfois comme cet arbre: on donne tant et tant de fruits, et tant de ces fruits sont gâchés car les gens ne savent pas quoi faire de ce don. On donne son amour, son énergie pour un travail ou un projet, en s'oubliant au point que, parfois, on casse, comme les branches de mon prunier.

Pour moi, dans la Roue de l'année, Lughnasadh marque le moment où la Nature nous donne tout ce qu'elle a, avantde s'endormir en hiver. L'équilibre est préservé, les branches cassées tomberont pour faire place à de nouvelles branches au printemps.

Lors de mon rituel, je remercierai la Déesse pour toutes les choses qu'elle m'a donné cette année... Et je réfléchirai à ce que moi, j'ai donné aux autres. En essayant de répérer les domaines de ma vie où je donne trop, où je risque de casser. Comme offrande, c'est tout trouvé, j'apporterai des fruits de mon prunier!

04/07/2007

L'heure des oiseaux

Que chantent-ils, le matin, alors que personne ne les écoute?

Quand on rentre tard le soir, ou qu'on doit se lever alors que tout dort encore, rien n'annonce que le jour se lèvera. Tout est immobile, sombre, oppressant.

Il suffit d'une brise, de l'air froid qui fait naître la rosée. Les feuilles frémissent et soudain, un chant solitaire, bientôt repris, répété, démultiplié.

Tous les oiseaux chantent, plus fort qu'à n'importe quel autre moment de la journée.

Le paysage se transforme lentement, des voiles pâles strient le bleu de la nuit. Les odeurs changent, le monde reprend vie.  Le soleil se lève, acclamé par les chants de joie de ceux que personne n'écoute plus tard.

Vivez, un matin, l'heure des oiseaux. Laissez avec eux votre coeur éclater de joie quand les premiers rayons vous atteignent. Pensez à ce monde merveilleusement conçu pour nous, où chacun a sa place dans la grande harmonie. Faites monter votre chant de reconnaissance vers la Déesse, en même temps que ceux de Ses enfants oubliés.

L'heure des oiseaux permet de vivre quotidiennement la magie la plus simple de toute, d'entrer en communion ave la partie de notre être qui a besoin de s'émerveiller, chaque jour, comme un merle après la fin de la nuit.

21:22 Écrit par AnSo dans Réflexions persos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |